Objectifs Pays et Groupe 2024 : la barre (toujours) plus haute

|

Le Bonus Groupe, comme l’Intéressement France, auront été de très bon niveau en 2023. L’évolution des objectifs d’intéressement est mesurée pour 2024. C’est beaucoup plus audacieux en ce qui concerne la part Groupe.

Comme chacun le sait, trois éléments composent la rémunération variable Michelin

  • le Bonus Groupe, basé sur l’atteinte des objectifs fixés par les gérants
  • le Bonus équipe, basé sur l’atteinte des objectifs choisis dans un catalogue Groupe
  • le Bonus pays, qui est en France l’intéressement, basé sur des critères de performance collective des salariés

Rappelons que l’enveloppe d’intéressement décidée par l’entreprise (au maximum 5,65% de la masse salariale soient 53,8 M € distribués en 2024 pour les sociétés du Groupe en France) se répartit de manière plus équitable depuis cette année.




Un premier  lissage de la masse salariale de référence entre les établissements (appelé péréquation) permet d’assurer un montant d’intéressement identique entre l’industrie (les usines) et le tertiaire (Clermont et Paris), à mêmes NRI / salaire / taux d’atteinte des critères.

La somme de la part des salaires individuels excédant 1 Plafond Annuel de Sécurité Sociale (PASS annuel 2023 = 43 992 €) fait l’objet d’une mutualisation entre sites. Cette somme est redistribuée au prorata des ETP (Equivalent Temps Plein) de chaque site.

Ensuite, au sein de chaque établissement, un double mécanisme limite l’écart d’intéressement entre catégories de salariés. Ainsi l’écart agent/cadre qui était de 24% précédemment est ramené à 14% cette année.
– 50 % de la masse salariale est répartie de manière égalitaire entre tous les salariés
– puis 50 % est répartie proportionnellement à la rémunération de chaque salarié mais plafonnée à 1 PASS.



Des objectifs Intéressement 2024 raisonnables

Une co-construction avec les élus a permis de revoir les critères d’intéressement Clermont-Ferrand.

Elle a redéfini des niveaux t’atteintes des critères en adéquation avec l’ensemble des variables et contextes de chaque site.

La Cfdt a signé l’avenant.

Mais un Bonus Groupe à haut risque

  • Résultat Opérationnel des Secteurs : cible 2024 à 3,67 Mds € contre 3,4 Mds € en 2023. La prévision prudente du Groupe étant de 3,5 Mds, la part variable serait nulle l’année prochaine alors qu’elle a atteint le maximum de 52,5% cette année
  • Free Cash-Flow : objectif inchangé à 1,8 Mds € mais la guidance 2024 = 1,5 Mds € se traduirait par une part variable = 0
  • TCIR  : cible abaissée de 1,06% à 0,95%. Le niveau de 2023 (1,01%) n’amènerait plus aucune une part variable 
  • Emission de CO2 : le niveau atteint en 2023 (2,16 MT) amènerait à une part variable quasi nulle l’année prochaine, l’objectif 2024 ayant été abaissé à 2,04 MT
On peut donc craindre un nouveau yoyo en 2025 après un beau Bonus perçu en 2022, une déception en 2023, un record en 2024…

La Cfdt se félicite encore une fois que le dialogue social avec la Direction de Clermont ait payé. La balance entre les 3P (Planet, People, Profit) a été bien respectée. Ce n’est pas forcément encore le cas au niveau Groupe. Mais nous voulons croire Florent Menegaux quand il déclare, encore récemment, vouloir « placer l’humain au cœur de son projet, en favorisant le dialogue social, la diversité, l’égalité et la sécurité au sein du groupe ».

Raphaël Roussy, élu CSE Clermont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *