Feed-back des pairs, peer to peer ou de pire en pire ? 

|

Au détour d’une note Intranet sur la fixation des objectifs partagés 2023, parue le 16 janvier dernier, la fonction P nous a annoncé la mise en place du « Feedback des pairs » ; notons au passage que cette note vue 8325 fois a été « likée »  6 fois… c’est dire la part cachée de l’enthousiasme des salariés sur certaines innovations managériales.

Le calcul ou la forme des objectifs évoluent sans cesse depuis 5 ans. Les objectifs individuels sont devenus des objectifs hyper-collectifs dont le résultat financier est dépendant de paramètres macro-financiers de l’entreprise. Un système désormais opaque pour les salariés ne leur permet plus d’anticiper l’atteinte de leurs objectifs et donc la hauteur de leur prime de l’année suivante. L’entreprise explique que c’est pour plus de justice. La Cfdt en doute et jugera sur les résultats.  

Quant à l’évaluation par les pairs va peut-être de soi dans certaines cultures, de type anglosaxonnes, mais dans d’autres pays dont la France où la culture est quelque peu hiérarchique, le simple fait d’imaginer qu’on puisse évaluer le travail de nos collègues – dont on ne connait pas tout le contexte – et qu’eux-mêmes puissent le faire du nôtre, suscite plutôt la peur ou la colère, très rarement l’adhésion.  

Le feedback des pairs ou 360° existe déjà, il est utilisé au besoin dans des situations très particulières pour des objectifs précis et met souvent une pression forte sur les personnes. Une systématisation ne fera qu’augmenter la pression dans l’entreprise et la charge de travail.  

La Cfdt demande à l’entreprise de bien vouloir co-construire ce nouvel outil avec les organisations syndicales dans chaque pays pour l’adapter à chaque contexte social et national, et de prévoir des tests sur des périmètres restreints. 

Il est fondamental de mesurer les avantages réels de l’évaluation par les pairs mais aussi les risques et dérives possibles, avant toute généralisation.  La Cfdt est prête à participer à cette évaluation. 

Chris Boyer, élu du CSE de Clermont-Ferrand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *