Achats usine un regroupement qui interroge…

|

L’entreprise a présenté au CSEC une restructuration des fonctions achats des sites français. Aujourd’hui ces acheteurs sont présents sur site. Demain, ces fonctions seront assurées directement par les salariés pour les achats de faibles montants et pour les autres depuis deux plateformes d’acheteurs en France, Clermont et Cholet, en fonction des métiers et des zones géographiques.

Ces suppression des petites tâches et ce regroupement permettrait à l’entreprise de diminuer le nombre d’acheteurs de 23 personnes (19,3 ETP) à 13 personnes et de diminuer les frais de l’entreprise de 3 à 5% des montants (4 M€), par la professionnalisation des acheteurs et donc par de meilleures négociations avec les fournisseurs.

Selon l’entreprise le projet a été mené en concertation avec les salariés, écoutés pendant le projet. La choix a été fait d’intégrér dans le projet des salariés sans mandat syndical . Bien évidemment l’entreprise assure que les personnes ont pu exposer leurs points de vue sans restriction.

D’expérience l’entreprise n’est pas une démocratie et il est rare que des salariés s’expriment librement en présence de la direction du site. La Cfdt s’est donc rapprochée des salariés concernés, ils sont majoritairement contre et ils remontent qu’on les a clairement incités à restreindre leur liberté de parole.

La Cfdt n’est pas contre les réformes qui peuvent permettre de simplifier la vie des salariés en supprimant des tâches redondantes, de faire des économies par une montée en compétence des salariés. En revanche elle attend de l’entreprise qu’elle ne prenne pas les élus ou les salariés pour des naïfs. Un tel management n’est pas une fondation solide pour qu’un projet réussisse.

Avant de nous prononcer, la CFDT a demandé et obtenu que deux points soient revus avant l’avis du CSEC :

– Une analyse des risques RPS comme dans tous les projets de RCC

– Une discussion entre OS et direction programmée pour qu’il y ait égalité de traitement en cas de mutation sur le HUB Cholet ou le HUB Clermont d’acheteurs désirant muter.

Toutes les OS ont rejoint la position de la CFDT et suivant l’avis du personnel concerné, le CSEC a voté contre et demandé à l’entreprise de ne pas mettre en place le projet (l’avis n’est que consultatif).

Olivier Duplain, élu CSEC Le Puy

50% LikesVS
50% Dislikes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *